• let it snow !

    Il neige depuis que je suis arrivée en Normandie, trois jours de flocons, de manteau blanc, d’air froid et de paillettes brillantes et immaculées qui recouvrent tout d’un silence magique. On dirait Narnia, et je souhaiterais presque un éternel hiver, car cette saison est plus que jamais ma favorite.

    Je me fais déjà la liste de tout ce que je veux faire à Paris :

    • acheter la crème pour le corps, et celle pour les mains, à la violette, chez Ladurée.
    • acheter des tonnes de pains moussants Des Souliers de rubis, chez Lush.
    • aller chez Starbucks pour le premier des deux petits-déjeuners sur place.
    • aller chez Miu Miu regarder les sacs noirs en cuir nappa. J’ai décidé qu’en matière de sac rétro j’ai ce qu’il faut, et que chez Marc Jacobs, c’est si compliqué d’avoir le Stam, que je me rabattrai peut-être chez Miu Miu : je ne veux pas acheter dans une boutique de luxe qui ne prend pas la peine de tenir ses engagements (je vais essayer une dernière fois d’avoir des réponses, mais je n’insisterai plus…)
    • passer chez Serge Lutens, si nous allons chez Marc Jacobs (car les boutiques sont voisines ) : je voudrais y acheter Tubéreuse criminelle, le parfum qui me correspond le mieux, celui dans lequel je me retrouve le plus.

    En attendant, j’ai un bon programme de relecture : chez Zola, Au Bonheur des dames, Germinal, L’Assommoir, Nana, Le Roman Expérimental, l’Oeuvre, et chez Maupassant, Pierre et Jean et sa “Préface”, et les dossiers que j’avais rédigés et soutenus en prépa sur l’art sous la Troisième République, en vue de mon mémoire de fin d’année. Le sujet me plaît beaucoup, bien que je trouve le principe complètement inutile. Mais heureusement, dans la mesure où ce travail me passionne, j’arrive à me mettre à l’ouvrage avec coeur.